La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement ouvert 01 39 44 73 90
logo Biocoop
Biocoop Pleinchamp dans la ville

Pour la Fin de la pêche électrique en Mer du Nord

Pour la Fin de la pêche électrique en Mer du Nord

À partir du 12/03/2018

Biocoop Montigny-le-Bretonneux

Retour sur une importante et récente décision du Parlement européen passée assez inaperçue : l’interdiction de la pêche électrique en Mer du Nord, soutenue par le réseau Biocoop.

C’est mi-janvier que les eurodéputés du Parlement ont voté à une très large majorité l’interdiction de la pêche électrique dans les mers de l’Union Européenne, plus spécialement en Mer du Nord.

Cette pratique consiste à envoyer depuis un chalut des impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons au fond des mers. Interdite par le droit européen depuis 1998, elle est tout de même en vigueur du fait de dérogations depuis 2007 à titre expérimental dans la partie sud de la Mer du Nord.

Le vote consiste donc à faire sauter des dérogations accordées il y a une dizaine d’années et à s’aligner sur une pratique déjà interdite en Chine, au Brésil ou encore aux Etats-Unis.

Mi-janvier, le Parlement s’est ainsi fermement opposé à une pratique considérée comme destructrice pour les fonds marins, la faune halieutique et la pêche artisanale. Un signe fort pour les opposants à la pêche électrique et un progrès vers une pêche durable et responsable. L’eurodéputé français Yannick Jadot (Verts) s’est réjoui d’une “très belle victoire contre une pêche terriblement néfaste, une véritable arme de prédation massive”.

Il reste désormais à ce que le Conseil européen valide cette décision pour qu’elle devienne effective. En effet, après le vote des eurodéputés, le Parlement est entré en négociation avec le Conseil (les États membres) et la Commission pour trouver un compromis final.

Les défenseurs de la pêche électrique, dont la Commission, argumentent que cette technique innovante remplace le chalutier à perche, et limite donc les prises accessoires sur les fonds marins et les émissions de CO2. La Commission veut, au contraire de la récente décision, autoriser cette pratique à un plus large échelle en Mer du Nord.

La France a déjà apporté son soutien à une interdiction totale de la pêche électrique mais il va encore falloir convaincre les autres Etats ! A suivre …

Retour